AMIANTE, BILAN DES CHANTIERS TESTS DANS LE PARC SOCIAL FRANCILIEN

Suite à la signature début 2016 de conventions liées au traitement de l’amiante dans le parc social en Ile-de- France, une campagne de chantiers tests a été lancée afin d’expérimenter des modes d’intervention innovants en sous-section 4. L’heure est maintenant au bilan, qui s’avère très positif pour la maîtrise du risque amiante.

L’évolution de la règlementation concernant les risques sanitaires liés à une exposition à l’amiante a incité les entreprises du BTP et les régies de travaux des organismes de logement social à revoir leurs méthodes d’intervention dans le cadre d’entretien courant et d’urgence.

La volonté de sécuriser les équipes qui interviennent dans le parc social, ainsi que ses occupants, a conduit l’AORIF et dix organismes franciliens de logement social à s’engager dans ce domaine. Ils ont ainsi signé deux conventions de partenariat, le 19 janvier 2016 : d’une part avec l’Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics (OPPBTP) pour s’inscrire dans le projet CARTO Amiante, d’autre part avec la Caisse Régionale d’Assurance Maladie d’Ile-de-France (CRAMIF) pour bénéficier de son expertise dans le cadre d’une campagne de chantiers tests.

La mise en oeuvre de ces deux conventions partenariales s’est concrétisée dans le courant de l’année 2016 par le
déploiement de 60 chantiers tests, afin de mesurer le niveau d’émission de fibres d’amiante.
L’heure est maintenant au bilan et au partage d’expériences. Un rapport,
présentant la démarche et ses résultats, vient d’être publié. Il est
téléchargeable sur les sites www.aorif.org, www.cramif.fr et www.preventionbtp.fr. En
outre, les partenaires ont organisé une séance de restitution le 20 janvier 2017.
Le bilan de cette démarche est très positif au regard des trois facteurs de réussite
fixés au début du projet. On notera en particulier :
– le fort pourcentage (86%) de chantiers tests ayant obtenu un niveau
d’empoussièrement inférieur au code de santé publique ;
– la reconnaissance des organismes de prévention ;
– la forte mobilisation de 27 entreprises du BTP et de 2 régies de travaux, qui
témoigne de leur prise de conscience du risque amiante lors de ce type
d’intervention.
Cette campagne a permis une montée en compétence de l’ensemble des 140
participants. Une dynamique est lancée ; il s’agit maintenant de favoriser
l’appropriation et la généralisation des nouvelles techniques d’intervention
expérimentées. D’autres chantiers et réflexions s’ouvrent ainsi, dans un cadre
partenarial élargi.